Quelle est l’origine de la pâte de fruits ?

- Categorie : Nos récits

Pâtes de fruits

La pâte de fruits est une confiserie qui a traversé le temps, mais dont les saveurs restent inchangées. Connue sous le nom de “defrutum” sous l’antiquité romaine, cette préparation aux origines quasi mystiques nous dévoile ses mystères le temps d’un article.

Quelle est l’origine de la pâte de fruits ? Qu’est ce qui rend la pâte de fruits d’Auvergne si particulière ?

Découvrez l’histoire et les origines de ces confiseries aux arômes fruités et gourmands dès maintenant !

Pâte de fruits et grandes époques

Pâte de fruits

En tant que friandises dont la confection remonte aux temps des romains, les pâtes de fruits tirent leurs origines dans une sorte de sirop dont on raffolait durant l’antiquité !

En effet, “le defrutum” n’était autre que l’ancêtre de ces bonbons enrobés, préparés de manière artisanale au moment des vendanges et de la cueillette des fruits.

Même si sa consistance ne ressemblait pas à celle de la pâte que nous connaissons aujourd’hui, cette manie de faire cuire des fruits à petit feu avec une grande quantité de sucre et de miel a directement inspiré notre sujet du jour.

C’est au siècle des Lumières que la pâte de fruits à réellement fait parler d’elle. En effet, elle a même eu l’honneur d’obtenir sa propre définition au sein du deuxième volume de l’Encyclopédie des Lumières. A cette époque, elle est alors décrite comme une “marmelade épaissie par l’ébullition”, et issue de différents fruits tels que le coing, l’abricot, ou encore, l’orange.

Les fruits auvergnats n’y sont pas pour rien

Pâte de fruits

Malgré son goût particulier pour les voyages dans le temps, la pâte de fruits est tout de même fidèle aux traditions de l’Auvergne. En effet, cette région a donné à ses douceurs leurs arômes naturels et leur consistance singulière, notamment représentative des gommes enrobées.

La pâte de fruits d’Auvergne, notamment vendue sous forme d’assortiments variés, est connue pour sa recette traditionnelle et artisanale qui a bon goût, et ce bien au-delà des frontières régionales ! En Auvergne, faire des pâtes de fruits, c’est avant une histoire de proportions...

Celle-ci contient en effet une part importante de pulpes de fruits, ainsi qu’un enrobage en sucre cristallisé lui donnant un petit côté croquant avant de laisser place à l’aspect fondant en bouche…

Pâte de fruits d’Auvergne : un secret bien gardé ?

Même si l’on connaît la recette ancestrale de la pâte de fruits dans ses grands traits, celle issue du savoir-faire auvergnat a tendance à ne pas délivrer ses secrets si rapidement !

À partir de la Renaissance, le principe de la marmelade est largement adopté dans tous les recoins de France… En tant qu'événement très attendu en Auvergne et ailleurs, la préparation de ces gourmandises est tout un art, encore bien ancré dans les traditions d'aujourd'hui.

Pâte de fruits

Ces quelques grandes étapes sont d’ailleurs encore répandues aujourd’hui :

  • Cuisson de fraises, cerises griottes, de pommes, ou encore, de mûres à petit feu jusqu’à l’obtention d’une sorte de confiture, notamment reconnue par l’aspect fondant des fruits en ébullition ;
  • Ajout de sucres, et aujourd’hui de sirop de glucose, touches sucrées pouvant notamment être mélangées à du jus de citron et du miel ;
  • Séchage des fruits, jusqu’à qu’ils prennent l’aspect de fruits secs, ou de fruits confits suite à l’ajout des sucres ;
  • Dépôt de la purée épaisse dans de petits moules aux formes variées.

Après avoir laissé sécher les petites pâtes dans leurs moules, puis de nouveau plusieurs jours après leur découpage, elles peuvent être emballées dans un joli ballotin ou en sachets de bonbons assortis… Cela dépend tout simplement de la tradition suivie par le confiseur !

Voilà, nous avons délivré quelques secrets concernant la pâte de fruits d’Auvergne… Et vous, quels sont les vôtres ?

Articles en relation

Ajouter un commentaire